Retour

Au lac Tchad, j’ai appris à connaître mes limites personnelles.

Avec les lignes suivantes, je vous présente mon bilan personnel de l’année.

Beaucoup de photos et d’informations ne sont pas encore publiées.

En janvier 2020, j’étais plein d’énergie. Henner Frankenfeld et Jürgen Schneider, deux journalistes très expérimentés nous ont accompagnés, Aida et moi, dans notre travail au Sahel, jusque dans les villages.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Le résultat est un documentaire passionnant et authentique sur l’électrification des villages au Mali, que des millions de personnes ont maintenant vu.

Le documentaire de la Deutsche Welle est désormais disponible en trois langues. voici la version française :

Alors qu’on était encore en tournage en février 2020, les premières nouvelles concernant un virus en provenance de Chine, sont également arrivées au Mali.

Le 15 mars 2020, j’ai pris l’un des derniers avions de Bamako vers l’Allemagne et j’ai dû ensuite me battre avec acharnement pour la préservation de notre entreprise et de nos plus de 100 employés et, bien sûr, pour la poursuite de nos sociétés d’exploitation, qui fournissent aujourd’hui de l’électricité propre à plus de 100 000 personnes.

 

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Je me souviens bien des mots d’un ami qui a suggéré en avril 2020 que nous devrions « abandonner », que nous devrions « tout arrêter ». Au lieu de cela, nous avons décidé de nous battre, non seulement pour nous-mêmes, mais aussi pour les autres.

Contre toutes les recommandations…

nous avons lancé notre campagne de crowdinvesting début mai 2020, offrant à nos fans et supporters, plus de 1,2 million entre-temps, une participation dans Africa GreenTec. Après le 5 mai 2020, je me suis assis devant mon ordinateur tous les jours et toutes les nuits, gagnant ainsi des partisans. Depuis, nous avons pu battre le record du plus grand autofinancement allemand avec des droits de participation aux bénéfices et gagner plus de 500 investisseurs, et à la fin du mois de juin 2020, nous avions réuni plus de 500 000 euros.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

En juillet 2020, pour le 80e anniversaire de notre mentor Muhammed Yunus, nous avons pu faire partie d’un petit groupe de 50 personnes qui, avec des centaines de milliers d’autres, ont organisé le premier « événement hybride » à la Messe München. Yunus est capable de nous charger d’énergie positive chaque année et de nous encourager dans notre mission.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee
Avec Yunus 2019 au Social Business Summit (Wiesbaden).

Sur scène, j’ai profité de l’occasion pour attirer l’attention sur la situation difficile d’autres entreprises sociales allemandes dans le cadre de la crise de Corona.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee
80e anniversaire de Muhammed Yunus Juillet 2020 (Munich)

En août 2020, les militaires ont fait un putsch au Mali et nous avons d’abord pensé : « c’est fini pour Africa GreenTec ». En fin de compte, les critiques et les inquiétudes ont-elles toutes été justifiées ? Était-ce de la folie d’électrifier des villages dans l’un des « pays les plus dangereux de la planète », d’investir dans des jeunes comme Nassou Oumar? C’est souvent la réaction des gens lorsque nous leur parlions de notre travail au Sahel. 

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Une chance pour nous était et est toujours que la plupart des soldats et des officiers du Mali nous connaissent personnellement, nous apprécient et nous soutiennent, car nous sommes dans de nombreux villages où vivent les familles de l’armée malienne. Depuis 2014, ils s’occupent également de ma sécurité et sont très reconnaissants de ce qu’Aida et moi avons construit au Mali. Nous avons donc eu l’armée malienne « derrière nous » pendant de nombreuses années 🙂

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee
Le garde du corps du président Diankounda Traoré en janvier 2016 (Nara)

Mais les villages du Mali où se trouvent les Solartainer d’Africa GreenTec ont continué à fonctionner de manière indépendante, malgré le coup d’État, malgré la crise de la Corona, malgré la crise nationale et économique.

Nous avons dû négocier avec nos partenaires et investisseurs pour stabiliser notre financement, mais il n’y a pas eu d’expropriation, pas d’effondrement du projet – au contraire. Les villages dans lesquels nous assurons un approvisionnement en électricité plus sûr et décentralisé se sont bien portés pendant la crise de Corona. L’accès durable et fiable à l’électricité – indépendamment des événements politiques dans la capitale – s’est avéré être une bonne protection pour la population et souligne donc l’une des thèses centrales de notre travail : la lutte significative et efficace contre les causes de la fuite.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee
Africa GreenTec Solartainer (coin droit) dans la région de Koulikoro (Mali)

Combattre les causes de la fuite ? Est-ce possible ?

Oui, vous pouvez combattre les causes de fuite avec l’entrepreneuriat social, car le manque de perspective du mouvement migratoire, que beaucoup craignent en Europe, peut être changé en initiant des professions, des métiers et un revenu raisonnable généré en investissant dans ces jeunes. Nous avons compilé quelques exemples pour vous sur notre site web dans la catégorie #ImpactStories. Parmi elles, celle de Famaka Bagayogo:

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Ce faisant, vous n’avez pas besoin de recevoir de l’argent, mais seulement la possibilité de générer vous-même de la valeur. C’est pourquoi nous avons développé le #ImpactSite.

Comment fonctionne le #ImpactSite de Africa GreenTec ?

C’est une approche intégrale que l’aide au développement n’a pas pu fournir de cette manière jusqu’à présent, et elle doit encore être expliquée aux experts, car notre monde, en particulier le monde financier, est encore très divisé en secteurs. Il existe des fonds pour l’eau, des investisseurs pour les grands projets énergétiques, des aides au développement pour les femmes et la contraception, et bien d’autres choses encore.

Polarstern, Madagaskar, Energiewende-Initiative

Souvent, dans certains endroits du Sahel, on rencontre 10 à 20 organisations d’aide qui y sont actives, se bloquant parfois les unes les autres ou rivalisant pour les mêmes subventions/dons. À la fin d’un exercice budgétaire, il est souvent nécessaire d’investir de façon insensée pour se retrouver dans le pool des sources de financement l’année suivante. Efficace ? Souvent, non.

C’est pourquoi, ces dernières années, j’ai pris position à plusieurs reprises contre l’aide au développement classique et je ne me suis pas fait des amies dans les organisations concernées.

Cela est également dû au fait que je suis un entrepreneur social convaincu qui prône un changement principalement dans l’économie financière mondiale. En tant qu’entreprise sociale, on lutte ainsi contre deux pôles, d’une part les entreprises purement orientées vers le profit (représentées en bleu dans le graphique) et les secteurs économiques qui exploitent radicalement et sans merci la planète, les gens et la société, et d’autre part contre les « organisations d’aide » fortement subventionnées qui sont souvent aussi sujettes à la corruption.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Souvent les entrepreneurs derrière les entreprises purement orientées vers le profit sont eux-mêmes très riches, on connaît les exemples de Jeff Bezos (Amazon), Bill Gates (Microsoft), Mark Zuckerberg (Facebook), Larry Ellison (Oracle), Rockefeller, Bernard Arnault (Moet Hennessy) et créent ensuite des fondations avec leurs énormes fortunes, ces fondations deviennent alors la principale source de fonds pour les ONG et les organisations d’aide en tant que « philanthropie ».

Si l’on regarde la situation dans son ensemble, les entreprises purement rentables détruisent les bases de la vie, exploitent les matières premières, souvent en déstabilisant les pays, créent des injustices sociales et les entrepreneurs reversent ensuite une fraction de leurs bénéfices aux pays précédemment exploités via les ONG.

Pendant trop longtemps, l’Europe a également contribué à exploiter le continent africain de cette manière. Nous, Européens, avons obtenu de précieuses ressources à des prix défiant toute concurrence et avons payé des salaires d’esclaves aux travailleurs. En Europe, nous basons également notre prospérité sur cette exploitation. Un aspect important pour mon propre engagement.

En Afrique, le rapport entre le rendement de l’exploitation et l’aide au développement est de 1 à 10, c’est-à-dire que les sociétés internationales exploitent le continent par un facteur de 10 plus que ce qu’elles récupèrent par l’aide au développement (souvent financée par les impôts).

Nous essayons également de changer ce « système », par exemple dans l’association SEND e.V. avec l’entrepreneuriat social, dans laquelle nous mesurons les entreprises que nous avons trouvées et que nous gérons principalement en fonction de la manière dont nous nuisons à la société ou dont nous lui apportons idéalement des avantages.

En septembre et octobre, on s’est donc beaucoup concentrés sur la poursuite du développement de notre système de « mesure de l’impact social », qui constituera une base importante pour nos partenaires financiers au cours des années à venir, car on ne peut gérer que ce que l’on mesure. Vous pouvez découvrir comment nous procédons en cliquant sur l’image dans la section « Comment nous mesurons notre impact » de notre site web. #ImpactFacts

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Même si les investissements mondiaux dans ces entreprises ne représentent qu’une fraction des investissements réalisés sur le marché boursier, par exemple, nous pouvons constater que nous sommes au début d’une nouvelle ère, appelée « ImpactAge ».

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Mais cette lutte constante entre les deux pôles, l’aide au développement basée sur les dons d’une part et le capitalisme prédateur d’autre part, m’a ensuite beaucoup consumé cet automne, car nous avons dû lutter pour continuer à financer notre travail, et ce malgré le fait que nous n’utilisons pas de dons, mais des prêts. Alors que des milliards de cadeaux ont été offerts à des entreprises moins durables par l’intermédiaire de la KfW, nous avons également échoué dans notre système économique parce que nous n’avons réalisé aucun bénéfice ces dernières années et, en outre, de nombreux projets d’investissement, partenariats – à cause de Corona- ont été reportés ou différés.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Les événements qui sont également importants pour nous, où nous rencontrons normalement nos partenaires internationaux, n’ont pas eu lieu. En même temps, nous devions assurer et financer nos 90 employés en Afrique et nos 20 employés en Allemagne. 

Aida et moi n’avons réussi à le faire en travaillant beaucoup plus dur et en nous passant de presque tout.

Entre-temps, les voix de mon cercle d’amis qui m’ont mis en garde contre l’épuisement et l’auto-exploitation se sont multipliées. Me battre trop, exiger trop de moi-même, c’est un problème pour notre famille depuis longtemps. J’entends ces voix, mais en tant qu’entrepreneur, je n’avais pas le choix cette année, nous avons dû nous battre jusqu’à l’épuisement comme beaucoup d’autres.

Par conséquent, renoncer n’était pas une option, après tout, il ne s’agit de rien de moins que de « sauver le monde ». Mais mes enfants me demandent souvent si je ne peux pas être là pour eux plutôt que pour le monde. Une question que je me pose souvent.

Focus sur le Sahel/ Invitation au Tchad

Puis, en novembre 2020, une invitation surprenante du gouvernement tchadien est arrivée. Nous avons le Tchad sur notre radar depuis longtemps, parce que ce pays, comme le Mali, le Niger et le Burkina Faso, est l’un des pays du Sahel ayant le plus faible taux d’électrification au monde, ce qui me séduit beaucoup en tant que pionnier du solaire, car après avoir maîtrisé le Mali, nous sommes convaincus que nous pouvons tout réaliser, nous en sommes convaincus à Africa GreenTec.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Nous avons donc accepté l’invitation et préparé la visite au président du Tchad. Notre équipe de marketing avait imaginé quelque chose de très spécial, à savoir construire notre ImpactSite à l’échelle et le présenter comme un modèle.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Comment faire venir un si grand modèle au Tchad à l’époque de la Corona et l’installer ensuite au bureau du président ? La question était très excitante et nous nous sommes battus avec nos boîtes en aluminium, puis aussi à l’enregistrement. Malheureusement, les employés d’Ethiopian Airlines n’ont pas été très serviables, pour ne pas dire vraiment hostiles !

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee
Kurz vor dem Abflug in den Tschad

Pourquoi la protection du climat et l’entrepreneuriat social ne font qu’un pour moi

En arrivant au Tchad, j’ai eu un « déjà-vu », car en juin 2014, j’ai visité une centrale électrique diesel de 20 MW datant des années 1960 à Bamako, la capitale du Mali. La visite de cette centrale m’a permis d’aligner le modèle d’entreprise de bettervest sur le focus Afrique et de fonder ensuite Africa GreenTec.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Mais ce que j’ai ensuite rencontré en décembre 2020 à N’Djamena dépassait mon imagination, puisque je me trouvais dans une centrale diesel de 80 MW, qui n’avait que quelques années, elle datait  de 2012.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Les expériences et les sons des moteurs bourdonnent dans ma tête chaque nuit et sont un moteur important pour les nouveaux projets avec Africa GreenTec dans les années à venir.

En plus des aspects sociaux que nous mettons en œuvre avec l’ImpactSites, j’avais de nouveau pris conscience que j’avais décidé de fonder Africa GreenTec en tant qu’entreprise technologique par souci de protection du climat. 

Par conséquent, je vais également consacrer beaucoup plus de temps à cet aspect. Éteindre les générateurs diesel et les remplacer systématiquement par des énergies renouvelables.

Présentation du ImpactSite au gouvernement du Tchad

Quelques jours plus tard, nous avons réussi à convaincre et à inspirer le gouvernement et le peuple pour l’ImpactSite. Nous avons d’abord dû reconstruire le modèle dans la salle d’attente du palais présidentiel.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Le président, le chef de cabinet, le ministre de l’énergie et le directeur de la société nationale de l’énergie ont assisté à l’audience.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

La télévision d’État du Tchad a également rendu compte le soir de notre audience dans le journal de 20 heures :

Après cela, Africa GreenTec a bien sûr été un sujet dans toute l’Afrique centrale. Le soir de l’émission télévisée, nous avons reçu plus de 1 000 candidatures de jeunes du Tchad, du Niger, du Congo, du Soudan, de la République centrafricaine et du Cameroun par le biais de la messagerie facebook.

Dans les jours qui ont suivi, le processus est allé encore plus loin, et actuellement nous ne pouvons pas du tout traiter les demandes.

Au cœur du lac Tchad et de l’une des plus grandes crises humanitaires d’Afrique

Le personnel local du HCR a également eu vent de notre visite au Tchad et m’a invité à réfléchir aux nombreux camps de réfugiés en Afrique centrale, en plus de développer des idées sur la façon d’électrifier les villages du Tchad.

Car au Sahel, plus de 3,5 millions de personnes sont en fuite. Le sujet m’a beaucoup touché, car avec le #ImpactSite et notre travail, nous essayons d’une manière ou d’une autre d’empêcher cela.

Les Nations unies sont également à la recherche de solutions et d’idées sur la manière dont les gens peuvent retrouver une vie, en particulier après le camp de réfugiés, et m’ont donc invité à parler des points de connexion entre l’entrepreneuriat social et l’aide humanitaire d’urgence. Pour moi personnellement, ce dialogue a été extrêmement important, également pour affiner mon propre modèle d’entreprise et ma perception de moi-même et pour comprendre que les entrepreneurs sociaux ne peuvent pas lutter contre la pauvreté et la fuite quand elle a déjà commencé, mais seulement bien avant.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Avec le personnel du HCR, j’ai eu l’occasion d’échanger intensivement des idées et j’ai ensuite eu la chance de visiter les camps de réfugiés du lac Tchad.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Les jours suivants ont été pour moi les expériences les plus impressionnantes de ces dernières années, car j’ai rencontré mes propres limites mais aussi développé une grande vision que je lancerai en 2021.

Les conséquences dramatiques du changement climatique au Sahel – en détail

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee
Source : Projet de la Nasa et de Transaqua BBC

Environ 650 000 personnes vivent dans la région du lac Tchad. Environ 350 000 d’entre eux sont en fuite, fuyant Boko Haram et les conséquences fatales du changement climatique. Les effets mortels du changement climatique sont démontrés de façon impressionnante dans cette partie du Sahel.

Le Tchad et le Cameroun sont synonymes de sécheresses croissantes, de fortes pluies et de dévastation, de mauvaises récoltes et de famine, en particulier au lac Tchad, où j’ai pu en constater les effets depuis le ciel dans un avion de l’ONU.

Le lac Tchad s’est rétréci dans une mesure presque inimaginable. Entre 1963 et 2007, sa superficie est passée de 250 000 kilomètres carrés à seulement 2 500. 90 % du lac s’est évaporé, a bouilli, s’est élevé dans l’air sec et miroitant de la poussière. La tendance : toujours à la baisse. Des gens qui fuient: toujours en hausse.

J’ai ensuite pris conscience de l’ampleur de la crise humanitaire début décembre, alors que j’étais avec le HCR près de Boma. C’est là où Boko Haram avait perpétré un grave massacre au début de l’année 2020.

Ce n’est pas un camp de réfugiés, c’est un camp de 30 000 personnes qui ont simplement été « bloquées » 60 KM plus à l’est après les attaques de Boko Haram. Avec rien d’autre que les vêtements qu’ils portent sur le dos. Sans nourriture, sans eau, sans installations sanitaires, sans hôpital au loin, sans perspectives, sans avenir, seulement les horreurs, Boko Haram et le changement climatique derrière eux.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Face à face avec Boko Haram

Lorsque nous sommes arrivés à l’un des camps d’urgence près de Boma, des centaines de personnes se sont rapidement regroupées autour des véhicules du HCR. Nous nous sommes assis et avons écouté attentivement les personnes en colère, et le groupe a été rejoint par des hommes cagoulés….

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

J’ai croisé les yeux et j’ai atteint ma limite. Je savais qu’ on se trouve ici à la frontière entre le courage et la folie, que nous avions formulée un jour dans une interview pour le magazine Enorm, car parmi les hommes qui étaient probablement aussi des terroristes, le danger pour ma propre vie était à nouveau très réel et m’a réveillé brusquement, m’a fait prendre conscience du danger qu’il y a à vouloir aider d’autres personnes.

La peur et la crainte me traversaient de haut en bas, et pourtant la férocité de la situation des personnes qui avaient fui ici il y a quelques mois était à la fois si cruelle et saisissante. J’ai ressenti la grande impuissance de ne pouvoir rien faire ici sauf attirer l’attention sur la situation et aider le HCR à obtenir des dons pour des tentes, des puits et une clinique.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Après l’échange avec les hommes, nous avons rendu visite à un groupe de femmes et de filles qui s’étaient rassemblées à une certaine distance. J’ai regardé dans les yeux des femmes et des filles, j’ai pu sentir leur souffrance, leur désespoir et leur peur. La même peur de la violence et de la terreur que j’avais et que je ressentais maintenant.

Nous avons pu retourner à la sécurité du camp de base avec notre colonne un peu plus tard, mais les femmes, les filles, les enfants ont été laissés derrière dans ce vestibule de l’enfer. Les images, les voix, le sable fin me hantent sans cesse depuis….

"Le plus important et le plus grand enseignement que j'ai ramené du lac Tchad est que l'entrepreneuriat social ne peut pas apporter de secours d'urgence. Pour les personnes qui fuient la guerre, la terreur ou le changement climatique et qui ont tout perdu, la communauté mondiale doit se soucier, fournir une aide humanitaire d'urgence."

Torsten Schreiber en décembre 2020

Mais j’ai répondu à une autre question passionnante pour moi :

Qu’est-ce qui vient après le camp de réfugiés ?

Les camps dits IDP (Internal deplaced people), après tout, rien qu’au lac Tchad plus de 200 ne sont pas encore un camp de réfugiés, ce sont de misérables collections de personnes impuissantes et désespérées qui n’ont rien d’autre qu’unhabit déchiré à porter. Pour avoir une idée de ce que cela signifie, je vous ai apporté une carte des 204 personnes déplacées dans la région que j’ai visitée, à chacune de ces petites « tentes » vertes où des milliers de personnes squattent. Chaque jour, il y en a plus.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee
Carte/ Vue d'ensemble Le HCR au lac Tchad

Ceux qui sont reconnus comme réfugiés et qui ont un tel statut selon la loi du HCR, vivent dans des camps de réfugiés ,dans la mesure où le HCR en a les moyens. Il y en a actuellement 13 de ces camps dans le Tchad, seulement.

J’ai pu visiter et faire connaissance avec l’un des plus grands de Baga Sola. Il accueille environ 15 000 personnes, entourées de plus de 300 000 autres qui n’ont pas ce statut et qui sont plutôt dans une « IDP ».

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee
Camp de réfugiés du HCR à Baga Sola

Malgré le fait que tout fonctionne uniquement avec des générateurs diesel, les gens ici ont au moins un minimum d’accès à l’eau potable, aux rations alimentaires d’urgence. Il y a un petit marché où j’ai pu ensuite parler avec le personnel du HCR des approches possibles de l’entrepreneuriat social. Ici, j’ai retrouvé la ligne de démarcation, où l’aide humanitaire d’urgence peut collaborer avec les entreprises sociales financées par le secteur privé.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee
Avec le personnel du HCR, j'ai pu interagir de manière directe avec les personnes dans les camps de réfugiés

Beaucoup de gens ici vivent dans des camps de réfugiés depuis de nombreuses années, veulent retourner au travail, reprendre leur participation à la société et apporter une contribution productive. Mais ils sont coincés, parce que leur pays d’origine ne veut ou ne peut pas les accueillir, souvent les endroits où ils vivaient autrefois ont été incendiés par des groupes terroristes.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

La plupart des jeunes veulent donc émigrer directement en Europe. Que pourrait-on donc faire pour créer des perspectives qui leur permettraient de rester et de continuer ?

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee
Marché au camp de réfugiés du HCR

Nos idées ici sont principalement le Cooltainer, qui peut être organisé en coopération, mais aussi les nouveaux produits que nous développons comme des boulangeries à conteneurs ou des pompes solaires.

Indépendamment de cela, nous pouvons aider le HCR sur place en matière d’énergie propre et de réduction des émissions de CO2, en construisant une grande usine de batteries photovoltaïques à Baga Solar.

Pour que vous puissiez continuer à en faire partie et aussi soutenir activement le développement d’Africa GreenTec, il y aura un autre crowdfunding, avec un prêt à intérêt fixe au début de 2021. Vous pouvez vous inscrire à la campagne ici:

Nous avons déjà créé une petite vidéo d’introduction pour vous :

N’oubliez pas de marquer la date dans vos calendriers, le financement se remplira très rapidement: https://africagreentec.investments/tschadsee

Je vous souhaite une bonne et heureuse année 2021 pleine de passion et je me réjouis de faire du monde après Corona un endroit meilleur, car le changement climatique n’a pas pris de pause, les défis restent énormes.

UNHCR, Boko Haram, Tschadsee

Dans ce sens, salutations! Aida & Torsten

N’hésitez pas à partager cet article sur vos réseaux sociaux !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

WE DO.

Africa GreenTec grandit avec toi! Nous permettons aux gens de parvenir à plus d'autonomisation et de croissance grâce à des solutions énergétiques durables. Rejoins nous!

Sur Crowdinvesting