Retour

Imagine qu’il fait 40 degrés, que le soleil brûle ta peau, qu’un moteur diesel gémit en arrière-plan, juste avant ton propre épuisement. Malgré la chaleur mordante, tu ne peux t’empêcher de penser à ton avenir. Les questions s’accrochent à toi, elles ne te lâchent plus : quand puis-je m’attendre à la prochaine pluie ? Combien de temps serais-je encore en sécurité ? Et comment puis-je me construire un avenir meilleur ?

Sahel – de la côte atlantique à la mer Rouge

 La zone sahélienne, ou Sahel (arabe ساحل « côte » ou « rivage du désert »), décrit la zone de transition entre le Sahara au nord et la savane humide au sud. Une grande partie du Sahel se forme à partir des États du Sénégal, de la Mauritanie, du Mali, du Burkina Faso et du Niger.

 La région du Sahel est pleine d’histoire, de culture, de danse, de musique et surtout de gens qui aiment, rient et font la fête. Mais pour les habitants du Sahel, des circonstances difficiles et des tensions politiques viennent s’ajouter.
En raison de sa situation géographique, le Sahel connaît des conditions climatiques particulières. Les longues périodes de sécheresse et les rares pluies abondantes, qui ne peuvent pas être absorbées par le sol sec et dur, rendent l’agriculture difficile. En raison de l’absence de pompes à eau ou de leur manque de fiabilité et de leur coût élevé, il ne reste souvent que l’agriculture pluviale. Il s’agit d’une forme d’agriculture dans laquelle l’eau pour les cultures est fournie par les précipitations et où aucune irrigation artificielle supplémentaire n’est pratiquée. Les agriculteurs sont donc obligés de se déplacer tous les deux ans pour éviter de surexploiter la terre. Cela n’est généralement pas possible pour des raisons financières et de manque de nourriture, et après quelques années d’utilisation, le champ devient donc ‘mort’. Les terres cultivables sont donc non seulement exposées à des circonstances difficiles, mais elles se réduisent également de plus en plus. De plus, selon la FAO, environ 40 % des récoltes de fruits et de légumes sont gâchées, car les gens n’ont pas la possibilité de les réfrigérer. Dans le cadre de la crise climatique, la désertification continue également de progresser. La désertification désigne l’extension du désert, qui touche de nombreuses personnes dans la région du Sahel. Chaque année, une surface utile équivalente à celle du Bade-Wurtemberg disparaît.

 Pour la population en constante augmentation – avoir beaucoup d’enfants est une sorte de prévoyance vieillesse – cela entraîne non seulement un problème de pauvreté, mais aussi une grande pénurie alimentaire. En raison de ces circonstances menaçant l’existence et d’un avenir sans espoir, certaines personnes se voient contraintes de gagner leur vie par des activités criminelles, comme le trafic illégal de cigarettes, de drogues et d’êtres humains. Plusieurs organisations terroristes opèrent également au Sahel, profitant de la situation instable du gouvernement et des tensions ethniques. Les organisations non gouvernementales sont ainsi souvent bloquées ou empêchées d’apporter leur aide.

 De nombreuses personnes vivant au Sahel souhaitent un changement, une construction et des solutions aux problèmes et aux causes de leur pays, mais la faiblesse des infrastructures de ces pays ne le permet souvent pas. C’est pourquoi la seule option pour de nombreuses personnes est de quitter leur propre pays. Au cours des deux dernières années, le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays a été multiplié par quatre, un chiffre jamais atteint auparavant. Les déplacés internes sont des personnes qui fuient leur propre pays, ils fuient des régions ou des comtés spécifiques. Les pays voisins sont souvent confrontés aux mêmes défis que le leur, c’est pourquoi beaucoup espèrent finir par arriver en Europe. Ce sont surtout les jeunes qui prennent le chemin de la mort, car ils ne voient que peu d’avenir dans leur propre pays. Mais selon l’ONU, au moins deux fois plus de personnes meurent sur le seul chemin de la Méditerranée que dans la Méditerranée elle-même. Sur le chemin, de nombreuses personnes doivent traverser le désert ou des régions en guerre. Ils y sont souvent exposés sans protection aux trafiquants d’êtres humains, à la torture et à la détention. Mais même si les personnes en fuite parviennent à traverser le désert et la Méditerranée, cela ne signifie pas qu’elles pourront rester en Europe à long terme ou qu’elles y seront accueillies.

 Le grand mouvement de réfugiés en provenance du Sahel n’est en aucun cas un développement récent. Depuis des décennies, des centaines de milliers de personnes fuient par peur, par désespoir et surtout par manque de perspectives dans leur propre pays. La seule solution à long terme : une amélioration fondamentale des conditions de vie sur place.

L'équipe d'Africa GreenTec et le maire de Bagasola
Un village du Sahel vu du ciel

De nouvelles perspectives de changement

Pour offrir des chances d’améliorer les conditions de vie à l’avenir, les gouvernements doivent fournir des ressources et des éléments de base (par ex. éducation, infrastructure) qui garantissent un approvisionnement suffisant de la population, au moins en denrées alimentaires.

Une ressource quasiment inexploitée jusqu’à présent dans la région du Sahel est la lumière du soleil, qui peut être transformée en électricité grâce à des panneaux solaires. L’accès à une électricité produite de manière durable constitue la base d’un développement durable des pays de la région du Sahel. Même de petites quantités d’énergie ont un impact positif important sur la qualité de vie des populations. L’augmentation de la consommation d’électricité accroît la productivité, ce qui crée davantage d’emplois et augmente les revenus.
Grâce à l’accès à l’électricité, les gens auraient également la possibilité d’utiliser Internet, ce qui permettrait une meilleure éducation pour les jeunes du Sahel et les aiderait ainsi à devenir plus autonomes. Une meilleure éducation permet de soutenir la croissance économique des pays.
Les agriculteurs profitent également de l’accès à l’électricité solaire, ce qui leur permet d’utiliser des pompes à eau pour irriguer régulièrement leurs champs ou de conserver les aliments plus longtemps grâce à des systèmes de refroidissement solaires. Ils ne seraient plus dépendants des précipitations ou des générateurs diesel vieillissants, qui coûtent cher à entretenir et ne sont pas fiables. De plus, le diesel étant cher, rares sont les personnes qui peuvent se permettre d’utiliser un moteur, et si c’est le cas, ce n’est que pour quelques heures par jour. L’utilisation de l’énergie solaire permettrait donc d’avoir des sources de nourriture plus stables sans avoir à craindre la prochaine perte de récolte ou la détérioration rapide de celle-ci.

L’accès à l’électricité ne constituerait donc pas seulement une partie de la solution à la pénurie alimentaire dans la région du Sahel, mais offrirait également des perspectives aux jeunes. De plus, une meilleure formation de la main-d’œuvre qualifiée aurait un impact positif sur l’économie. En résolvant ces problèmes fondamentaux qui menacent l’existence des populations, les conflits au sein du Sahel pourraient se désagréger et ainsi offriraient ainsi aux populations la sécurité dans leur propre pays, tout en préparant les chances de nouveaux gouvernements plus stables.

C’est précisément à cette approche de l’énergie solaire que nous voulons nous rattacher en tant qu’Africa GreenTec. Nous essayons ainsi de faire un pas dans la bonne direction en offrant aux habitants de la région du Sahel la possibilité d’utiliser durablement des énergies renouvelables. De plus, les villages ont la possibilité d’utiliser des systèmes de refroidissement solaires pour les denrées alimentaires, et nous soutenons également les agriculteurs en leur fournissant des systèmes de purification de l’eau et d’irrigation.
Nos conteneurs solaires permettent non seulement aux ménages privés d’utiliser l’électricité, mais aussi aux entreprises, comme celle de Modibo Traore (vous pouvez lire son ImpactStory sur notre ImpactBlog), ainsi qu’aux institutions sociales, comme les écoles ou les hôpitaux. Nous essayons en particulier de créer des emplois sur place afin de former du personnel qualifié et de perfectionner les infrastructures. En se concentrant sur ce courant productif, l’approche d’Africa GreenTec se distingue de manière décisive des pico-installations solaires qui permettent uniquement aux ménages privés d’utiliser des chargeurs ou des lampes LED.

Actuellement, nous soutenons plus de 20 villages au Mali et au Niger (bientôt au Sénégal, au Tchad et à Madagascar) avec de l’électricité solaire et nous travaillons chaque jour pour offrir à davantage de personnes la chance d’avoir accès à une énergie durable dans d’autres pays également. Dans les villages avec lesquels nous travaillons déjà, nous avons constaté que notre travail et nos produits sont généralement bien perçus et ont un impact positif sur la vie des habitants, comme par exemple celui de Diessira Diallo (vous trouverez également son ImpactStory sur notre ImpactBlog).

Nous soutenons déjà ces villages grâce à nos conteneurs solaires

Les personnes sur place : des clients plutôt que des bénéficiaires de dons

Il est essentiel pour nous de rencontrer les gens sur place d’égal à égal, c’est pourquoi nous ne faisons pas de cadeaux ou de dons pour nos prestations. Les prix et les salaires sont adaptés aux lieux respectifs, ce qui permet à un ImpactSite de s’autofinancer et d’être entretenu.
Le grand objectif est de créer de nouvelles opportunités pour les personnes, les entreprises et les agriculteurs, et surtout de créer des perspectives de vie pour les générations futures. Il est important pour nous de ne pas lancer de projets éphémères dans les villages concernés, mais de renforcer ou de mettre en place des structures à long terme.
Nous essayons ainsi de redonner aux jeunes l’espoir en leur propre avenir et la possibilité de construire quelque chose dans leur pays.

Notre conteneur solaire à Ndiob

Un approvisionnement énergétique stable pour les habitants de la région du Sahel signifie que de nombreuses personnes ne dépendent plus des prochaines précipitations, de vieux moteurs diesel bricolés ou de l’heure du jour. Grâce à ces assurances, les conflits dans les pays ont une chance de s’apaiser et les gens se sentent à nouveau en sécurité chez eux, au lieu de prendre le risque de fuir.

Tous les problèmes ne seront pas résolus par l’énergie solaire, mais elle donne aux habitants de la région du Sahel une chance qu’ils n’auraient pas autrement. Une chance qui est pour nous banale : la stabilité et des perspectives d’avenir dans leur propre pays – ce qui leur permet de ne plus devoir fuir et de construire quelque chose sur place.

N’hésitez pas à partager cet article sur tes réseaux sociaux!

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

WE DO.

Africa GreenTec grandit avec toi! Nous permettons aux gens de parvenir à plus d'autonomisation et de croissance grâce à des solutions énergétiques durables. Rejoins nous!

Sur Crowdinvesting