Retour

tous les après-midi, Awa Koné (40 ans) va dans son restaurant. Des visages amicaux lui sourient et la saluent. Awa veut faire avancer son village. Elle a donc décidé il y a quelque temps d’ouvrir un petit restaurant à Djoliba, où elle propose chaque jour des plats différents à ses clients. Qu’il s’agisse de riz au poulet, de plantains, de pâtes ou d’ignames, il y en a pour tous les goûts.

Grâce au courant d’Africa GreenTec, elle est capable de vendre aussi le soir et surtout d’attirer les jeunes avec la musique de son restaurant.

Elle a maintenant deux employés qui la soutiennent dans la cuisine, le nettoyage et le service aux invités. Jusqu’à cinq visiteurs peuvent entrer dans sa boutique, qui est très fréquentée le soir.

Nous lui avons demandé pourquoi il était important pour elle d’ouvrir un restaurant.

“Tous le monde doit manger et moi je veux soutenir les jeunes! Lorsqu'ils rentrent du travail pour faire une pause, ils devraient pouvoir reprendre des forces grâce à ma nourriture, afin de pouvoir continuer leur travail motivés et renforcés. C'est la meilleure façon de soutenir notre village". ”.

Awa Koné
Awa Koné

Le biogaz peut mettre fin à la déforestation

Il était intéressant d’apprendre qu’Awa cuisine toujours au feu, bien qu’elle note elle-même que cela est souvent fastidieux car le chemin pour ramasser du bois est assez long et la charge de bois lui cause souvent des douleurs au dos. De plus, elle ne peut pas tout transporter seule et doit donc dépenser de l’argent supplémentaire pour le transport.

A Djoliba, les arbres sont de moins en moins nombreux, car beaucoup d’autres utilisent le bois pour cuisiner Awa considère également la déforestation comme un gros problème. S’il y avait la possibilité de passer au biogaz, par exemple, elle l’envisagerait.

Awa Kondé Arbeit

Le restaurant apporte à Awa plus d`autonomisation

Afin de pouvoir mieux soutenir financièrement son mari et d’être plus indépendante en tant que femme, elle a créé l’entreprise il y a quelques années. Pendant qu’elle travaille, sa fille aînée s’occupe maintenant de ses jeunes frères et sœurs. Pour l’avenir de ses enfants, elle souhaite qu’ils puissent aller à l’école contrairement à elle. C’est pour aison elle travaille dur . Si l’un de ses enfants reprenait le restaurant plus tard, elle serait très heureuse.

Le restaurant lui apporte le respect et l’appréciation de tout le village. Il arrive parfois qu’Awa cuisine plus qu’elle ne vend pas tout. Elle donne alors le reste aux personnes qui peuvent qui en veulent. Bien sûr, les gens lui sont reconnaissants et lui font confiance pour cela. Parfois, elle fait même office de « petite banque ». Les villageois lui font tellement confiance qu’ils sont pret a deposer de l’argent chez elle, car ils savent qu’elle gère bien l’argent.

Awa Kondé Mitarbeiterin
Awa Kondé

Fatomata Ongoiba (18 ans), travaille pour Awa depuis maintenant deux ans et demi et la soutient activemen. Elle apprécie sa patronne et peut imaginer de reprendre le restaurant une fois qu’Awa aura cessé de travailler.

Tous les clients décrivent Awa comme une femme très courtoise et fiable qui travaille dur et – surtout – qui cuisine des plats très délicieux ! Chaque jeudi et dimanche, Awa se rend à Bamako pour acheter ses ingrédients au marché. En raison des grandes quantités, le voyage vers la capitale en vaut la peine.

L’autonomisation des femmes dans le village – les femmes se soutiennent mutuellement

Awa est membre d’une association de femmes, avec l’aide de laquelle elle a pu réunir le capital de départ nécessaire pour le restaurant. Chacune des 50 femmes de l’association verse chaque mois la même somme d’argent dans un pot commun et à la fin du mois, l’une des femmes est choisie par tirage au sort et reçoit l’argent. Ainsi, elle a pu se débrouiller seule pour lancer son restaurant.

L’avenir est prometteur

Aujourd’hui, elle prévoit d’agrandir le restaurant. Son assortiment doit être élargi et elle veut également proposer des boissons fraîches. Suivant son exemple, d’autres personnes du village ont également ouvert de nouveaux restaurants, car ils ont vu comment la vie d’Awa a changé et comment elle enrichit son village. Certains l’envient aussi, mais cela ne dérange pas Awa.

"Là où il y a du succès, il y a de l'envie."

Awa Koné

Malgré les défis, Awa ne peut être arrêté

Les affaires ne sont pas toujours faciles : les prix des denrées alimentaires fluctuent fortement et si elle ne vend pas assez en une journée, cela peut être financièrement difficile pour elle. Elle prend donc soin d’elle-même et met un peu d’argent de côté du mieux qu’elle peut.
Awa veut absolument développer son entreprise, mais les prêts bancaires et autres aides financières sont difficiles à obtenir dans le village.

L’électricité dont elle dispose grâce à Africa GreenTec a enrichi la vie d’Awa et l’a transformée pour le mieux. Elle espère pouvoir donner quelque chose en retour à sa communauté grâce au restaurant et permettre aux générations futures de mener une vie meilleure et autodéterminée.

Si vous souhaitez voir davantage de personnes comme Awa, qui prennent leur destin en main et y parviennent, rejoignez-nous et participez à notre travail.

Partagez cet article via vos réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Africa GreenTec grandit avec toi! Nous permettons aux gens de parvenir à plus d'autonomisation et de croissance grâce à des solutions énergétiques durables. Rejoins nous!

Sur Crowdinvesting