Retour

Dans nos ImpactStories, nous vous expliquons régulièrement ce que les gens peuvent faire avec l’électricité dans leur communauté. Nous avons parlé à nos clients et avons écrit leurs histoires.

Les Bagayokos sont forgerons depuis des générations

Noumoukossa Bagayoko est forgeron à Dalakana. Son fils Soumaila (26) est assis à côté de lui pendant l’entretien. Contrairement à son père, il est allé à l’école et soutient son père dans les affaires. « Comment avez-vous eu l’idée de devenir forgeron? » est notre première question :

Noumoukossa Bagayoko

"Oh, mon père était forgeron, le père de mon père était forgeron et je suis devenu forgeron. Tout ce que je sais, mon père me l'a appris. Ce savoir  est transmis de génération en génération. Ici, c'est comme ça : il y a différentes familles qui exercent certains métiers comme soudeur, forgeron, potier, chanteur etc, depuis des siècles : C'est quelque chose qui vous est transmis dans votre berceau et vous êtes respecté pour cela".

Noumoukossa Bagayoko

Chaque génération a une façon différente de travailler et utilise des outils différents. Noumoukossa travaille avec les mêmes outils depuis près de 40 ans. Il lui est financièrement impossible d’acheter des machines à forger plus récentes pour le moment. Mais il espère changer cela à l’avenir. Mais il y a un autre problème : lorsque nous avons réalisé l’interview en octobre 2019, il n’y avait pas de fournisseur d’électricité en Dalakana. Cela signifie que même avec les équipements les plus récents, Noumoukossa ne pourrait rien faire car il n’y a pas d’électricité pour le faire fonctionner. La perspective manque.

L’électricité d’Africa GreenTec devrait faciliter le travail de Noumoukossa à l’avenir

"C'est pourquoi j'attends avec impatience l'électricité d'Africa GreenTec. Je pourrai alors forger avec moins d'efforts, traiter plus de commandes et gagner plus. Je vais certainement prendre l'électricité ; même si je ne sais pas encore quand je pourrai m'offrir des machines électriques".

Noumoukossa Bagayoko

Le coût des matériaux est également en hausse. Le métal était autrefois assez bon marché. Son père payait 20 centimes par kilo, alors que Noumoukossa paie maintenant 1,50 euros pour un kilo. Avec les frais de transport supplémentaires pour le métal, l’entreprise n’est parfois pas rentable pour lui et il fait des pertes.

Projets d’avenir

C’est pourquoi il est d’autant plus important pour Noumoukossa et son fils d’obtenir de l’électricité. Ils aimeraient faire progresser leur entreprise, qui existe depuis des générations. La développer davantage. Ils se rendent compte qu’il y a une concurrence qui peut déjà avoir de l’électricité. Sans électricité, ils ne peuvent pas suivre. Leur vision est de se développer dans les 5 à 10 prochaines années. Ils veulent acheter plusieurs appareils électriques et en produire d’autres. Africa GreenTec leur offre maintenant la possibilité de le faire.

Noumoukossa Bagayoko
Noumoukossa Bagayoko

"Je ne veux pas m'arrêter. Je ne suis pas aveugle. Je vois ce que des amis à Djoliba peuvent faire avec l'électricité. Je veux le faire aussi. Je suis bon dans ce que je fais. Si j'avais la possibilité d'utiliser l'électricité, je pourrais faire beaucoup plus et soutenir mon peuple. Parfois, je ne peux pas accepter de travail parce que je manque d'électricité. Je veux que cela change".

Noumoukossa Bagayoko

En fait, certains des villageois se rendent dans les villages voisins pour faire fabriquer certaines choses. Dans le futur, les Bagayokos souhaitent pouvoir répondre à la demande dans le village et fournir ce service de façon permanente.

En outre, il ne veut pas que lui et ses 5 employés (qui travaillent au besoin) tombent malades. Actuellement, il fait fonctionner beaucoup de ses machines avec du charbon. Noumoukossa est conscient que la fumée et les émanations produites sont nocives pour la santé. En outre, les voisins se plaignent parfois, car la fumée leur parvient par les fenêtres du petit atelier.

Noumoukossa est heureux de sa vie. Il est venu à Dalakana il y a 20 ans et a construit sa vie de manière indépendante. Il s’est battu pour s’en sortir et s’est constitué sa propre clientèle depuis longtemps. Il peut nourrir sa grande famille, même si c’est parfois difficile.

Noumoukossa Bagayoko

L’électricité crée des perspectives

Comme beaucoup d’autres personnes, il veut plus de perspectives pour sa vie. Il a une idée claire de ce qu’il veut pour son avenir : l’électricité, afin de pouvoir utiliser son savoir-faire et son potentiel de la meilleure façon possible et d’être plus productif, mais les conditions préalables à sa vision n’existaient pas auparavant. Africa GreenTec veut aider des gens comme Noumoukossa à vivre leurs visions et leur permettre ainsi d’atteindre plus d’autodétermination et de croissance.

Depuis décembre 2018, un de nos conteneurs solaires alimente le village de Dalakana en électricité durable. L’interview a été enregistrée peu de temps avant. Comment l’électricité d’Africa GreenTec a influencé le travail de Noumoukossa et de son fils, vous pourrez bientôt le lire dans un nouvel article du blog.

Si tu as aimé l’ImpactStory de Noumoukossa, raconte la suite et partage-la sur tes réseaux sociaux.

NOUS LE FAISONS.GRÂCE À VOUS.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Africa GreenTec grandit avec toi! Nous permettons aux gens de parvenir à plus d'autonomisation et de croissance grâce à des solutions énergétiques durables. Rejoins nous!

Sur Crowdinvesting