Home #ImpactStory Ramata Sou

#ImpactStory Ramata Sou – Empowerment économique par une association locale de femmes

Marie
13 mai 2022

AGT01171-1200px

Dans l’#Impactstory d’aujourd’hui, nous aimerions vous présenter Ramata Sou. En coopération avec l’organisation locale Bogojef – une association pour les femmes dans le business – Ramata gère un magasin d’alimentation à Ndiob. On y trouve de tout: du riz, de l’huile, des légumes, des friandises et des boissons. L’association de femmes, dont Ramta est la présidente, gère l’épicerie depuis cinq ans déjà. Les femmes se relaient à la direction : chaque femme se voit confier la gestion pendant trois mois et celle-ci a l’entière responsabilité de la direction du magasin. Ensuite, on procède à un échange.

Une partie des recettes est mise à la disposition d’autres femmes de l’association, qui ont alors la possibilité d’investir dans leur propre affaire et d’enrichir ainsi le village. 50 femmes sont actuellement inscrites dans l’association et la cohésion entre elles est énorme :

Je suis très heureuse d'être présidente de l'association, car je peux ainsi voir et ressentir chaque jour le potentiel de l'empowerment mutuel. Nous, les femmes, connaissons justement les mêmes problèmes et défis. De ce fait, nous devons nous soutenir encore plus mutuellement. Je suis très heureuse que nous ayons créé l'association, car elle nous permet de nous autonomiser économiquement.

Ramata Sou
AGT00407-1200px
Le courant d'Africa GreenTec va changer les choses à N'diob

Des nouvelles opportunités grâce à l’électricité durable

Actuellement, il n’y a pas d’électricité dans la boutique. Les femmes ferment le magasin en fin d’après-midi, car dès que la nuit tombe, la sécurité n’est plus plus assurée dans le quartier. Ramata espère quelques changements grâce à l’électricité d’Africa GreenTec :

Tout d'abord, j'espère que nous pourrons ainsi rester ouverts le soir et jusque tard dans la nuit. Notre magasin se trouve directement au centre du village, il a donc toutes les chances de devenir le centre de la vie du village. Les jeunes pourraient s'y retrouver le soir, boire, manger et s'amuser ensemble. Mais comme nous n'avons pas d'électricité, il ne se passe rien ici dès que la nuit tombe, je trouve cela tout simplement dommage. Avec l'électricité d'Africa GreenTec, j'espère que cela va changer.

La demande de glaces est également élevée dans le village. Les boissons gazeuses réfrigérées et les spécialités froides, comme le sow (dessert), sont très appréciées, notamment lors des fêtes et des cérémonies. Malheureusement, il n’y a actuellement personne pour répondre à cette demande. Les gens doivent parcourir des kilomètres pour trouver de la glace. Ramata souhaite changer cela. Grâce à l’électricité d’Africa GreenTec, elle aurait la possibilité d’exploiter un réfrigérateur dans lequel elle pourrait, en plus de la glace, stocker par exemple du poisson et de la viande et ainsi diversifier son assortiment.

AGT01909-1200px

Une spirale économique ascendante qui va de soi

Ces nouvelles possibilités généreraient à leur tour davantage de recettes pour la boutique, ce qui signifie que davantage d’argent pourrait être mis à la disposition des autres femmes de l’association, qui pourraient alors réinvestir davantage dans de nouveaux business. Il en résulterait une spirale économique ascendante dans le village, dont toute la communauté pourrait profiter.

Lorsque nous demandons à Ramata, à la fin de l’interview, quel est l’impact de sa boutique dans le village, elle répond :

Le magasin est la vie du village. Si nous n'étions pas là, les gens devraient faire le trajet épuisant jusqu'à un autre village juste pour pouvoir cuisiner quelque chose pour leur famille. Nous fournissons aux gens d'ici la nourriture de tous les jours. Je pense que nous sommes indispensables au village ! Comme je l'ai déjà dit, je suis convaincu que le magasin a encore un grand potentiel inexploité. Nous pouvons faire vivre le village encore plus grâce au courant d'Africa GreenTec. J'ai hâte de voir ça !

Nous sommes heureux que l’électrification du village de Ndiob soit soutenue dans le cadre du programme Renewable Energy Solutions de l’initiative Export Initiative Energie du ministère fédéral allemand de l’économie et de l’énergie ainsi que par le ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement, par Wilo et par AGT Help e.V.. Avec le soutien de nos solides partenaires, nous pouvons faire de grandes choses ensemble.

Home #ImpactStory Nassou Oumar

#ImpactStory Nassou Oumar – Serial entrepreneur avec une vision locale

Marie
02 decembre 2021

PatrickReimers_MG_1868

Dans l'ImpactStory d'aujourd'hui, nous souhaitons vous présenter Nassou Oumar. Il gère un restaurant qui marche bien à Djoliba, Mali, possède son propre élevage de bétail et de poulets et tient en outre un petit magasin de bricolage dans lequel il vend des objets essentiels pour les réparations et les constructions. C'est un véritable serial entrepreneur qui ne se lasse jamais de trouver de nouvelles idées pour donner du pouvoir à son village.

PatrickReimers_DSF5422-1536x1024

Nassou Oumar devant son restaurant à Djoliba

PatrickReimers_MG_1920-1536x1024

Le réfrigérateur est un atout important dans le restaurant de Nassou

Plus de productivité et de possibilités grâce à l'électricité durable – Nassou montre l'exemple

Nous rencontrons Nassou pour notre interview dans son restaurant.Nassou est connu dans tout le Djoliba pour ses délicieux poulets rôtis et lorsque nous avons la chance de goûter à l'un de ces fameux poulets après l'interview, nous comprenons pourquoi.

Actuellement, Nassou n'utilise l'électricité d'Africa GreenTec que pour son restaurant, qu'il a ouvert seulement quatre mois avant notre interview. Depuis qu'il utilise l'électricité d'Africa GreenTec, le restaurant de Nassou est plein de clients, surtout le soir :

C'est fou ! Mon magasin est devenu le lieu de rencontre le plus populaire du village, et ce après seulement 4 mois ! Mais je le comprends, je peux offrir quelque chose aux gens. Pour pouvoir divertir les gens, j'ai acheté une télévision dans laquelle les clients peuvent par exemple regarder des matchs de football. En outre, je suis ouvert tous les soirs et les gens aiment s'asseoir ensemble avec de la bonne musique afrobeat, manger et boire ensemble. Et il ne fait pas trop chaud à parce-que j'ai récemment acheté un ventilateur, mes clients ont au moins un peu de fraîcheur.

Nassou Oumar

De plus, Nassou peut laisser son magasin ouvert plus longtemps le soir. Les gens peuvent rester malgré l'obscurité, car il a maintenant de la lumière dans son restaurant le soir aussi. Grâce aux offres attrayantes de son restaurant, Nassou peut difficilement échapper aux clients. Grâce au bouche-à-oreille, sa spécialité de poulet rôti s'est rapidement répandue et tout le monde veut se faire une idée du nouveau restaurant et de son propriétaire.

Grâce à l'augmentation des recettes de son restaurant, Nassou a pu se permettre d'engager d'autres collaborateurs et emploie actuellement 6 personnes dans son restaurant. Il a créé des emplois dans son village, ce qui explique que les gens lui soient reconnaissants et l'apprécient.

PatrickReimersDJI_0959-1536x1023

L'agriculture durable comme deuxième pilier

Son élevage de bétail fonctionne également bien. Actuellement, il a environ 30 vaches, 15 moutons et 750 poules. Depuis 2010, Nassou participe régulièrement à des formations dans le domaine de l'élevage et utilise l'expertise qu'il a acquise pour élever ses animaux de la meilleure façon possible. Il est très important pour lui de bien s'occuper de ses animaux. Une fois par jour, il va voir ses animaux dans les champs et s'assure que tout est en ordre.

Il exploite en outre un incubateur dans lequel il élève ses poulets. Il l'alimente actuellement encore avec ses propres panneaux solaires, car Africa GreenTec ne peut actuellement pas fournir de l'électricité 24 heures sur 24 à Djoliba. C'est pourtant essentiel pour l'incubateur, car si les œufs ne sont pas éclairés 24 heures sur 24, ils ne couvent pas.

Outre les poules et les œufs, il vend aussi du maïs moulu. Nassou possède un moulin avec lequel il transforme le maïs grossier en farine. Il y a une forte demande pour la farine de maïs et il trouve toujours des clients qui lui achètent la farine au kilo.

PatrickReimers_MG_1909-1536x1024

Nassou élève aussi des moutons

PatrickReimers_MG_1899-1536x1024

L'incubateur a besoin d'électricité en permanence

C'est ce dont je suis fier ! Je suis actif et je veux créer une bonne vie pour moi et ma famille grâce à mon travail ! Je souhaite également créer un impact dans mon village et redonner quelque chose à ma communauté. Sans électricité, mes idées ne sont pas réalisables, c'est pourquoi l'électricité est le début de tout pour moi. Je veux aider le village en créant des entreprises et des emplois. Dans l'entrepreneuriat, je fais moi-même l'expérience de l'indépendance et de l'autodétermination, ce qui est très important pour moi – actuellement, je ne pourrais pas aller mieux. Il y a dix ans, j'étais déjà au Maroc et je voulais aller en Europe. Si aujourd'hui on me proposait de venir vivre à Paris, je refuserais – j'ai tout ici !

PatrickReimers_MG_1878-1536x1024

Des perspectives pour l'avenir

Nassou a encore quelques projets pour l'avenir. Il souhaite acheter plusieurs congélateurs pour son restaurant afin de pouvoir conserver la viande de poulet mieux et plus longtemps. Il souhaite également agrandir son élevage. Il aimerait aussi avoir une camionnette pour pouvoir vendre ses produits et marchandises plus loin et il aimerait avoir de l'électricité 24 heures sur 24. Nous avons déjà reçu ce feedback de nos clients à plusieurs reprises. Nous travaillons donc déjà sur des possibilités de stockage et des concepts innovants pour rendre cela possible dans les nouveaux sites ImpactSites et les sites existants.

Home #ImpactStory Koloba Keita

#ImpactStory Koloba Keita – Un entrepreneur visionnaire

Marie
13 octobre 2021

PatrickReimers_MG_1786_2

Nous rencontrons Koloba Keita dans son cybercafé à Djoliba, au Mali. Lorsque nous entrons dans la boutique de Koloba, il est en train de discuter avec un jeune homme. Ils sont assis devant un ordinateur, Koloba gesticule et semble lui expliquer quelque chose. Le jeune homme a l'air un peu perdu. Quand Koloba nous voit, un sourire s'étend sur son visage et il s'approche de nous.

"Salaam Alaikum ! Je suis content que vous soyez là ! C'est mon apprenti." - nous salue-t-il en désignant le jeune homme qui fixe toujours l'écran d'ordinateur devant lui avec un air quelque peu angoissé. Koloba gère maintenant son cybercafé sur la rue principale de Djoliba depuis 2018. Cela fait des années qu'il économise pour ce magasin, car un magasin dans cette région est très recherché et donc cher.

PatrickReimers_MG_1836-1536x1024

La recette du succès : des compétences solides et des compétences non techniques, ainsi qu'une grande expérience de la vie

L'histoire de Koloba est impressionnante : après avoir quitté l'école, il s'est lancé avec enthousiasme dans des études d'architecture et a obtenu un diplôme de bachelor. Mais il n'a pas réussi à trouver un emploi. Le chômage des jeunes est un problème dans de nombreux pays d'Afrique de l'Ouest. De nombreux jeunes étudiants très motivés obtiennent chaque année leur licence ou leur maîtrise, mais sont confrontés à la réalité de l'absence totale d'emplois pour eux. C'est exactement ce que Koloba a ressenti, mais il ne s'est pas laissé abattre longtemps.

Je suis optimiste. Bien sûr, j'étais déçu de ne pas pouvoir travailler en tant qu'architecte, mais il y avait d'autres emplois dont les gens avaient besoin. Il y avait peu de coiffeurs à Djoliba, alors j'ai commencé à couper des cheveux. Plus tard, j'ai vu qu'il y avait un grand besoin d'Internet et de technique, alors j'ai suivi une formation en électrotechnique et en informatique. D'ailleurs, mes économies générant en coupant les cheveux m'ont permis d'acheter cette boutique. Il y a donc un fil conducteur dans ma vie. Rétrospectivement, tout cela a un sens.

Koloba Keita

L'autonomisation locale par l'IT

Pour Koloba, sa famille et la communauté de Djoliba sont au centre de ses préoccupations. Il veut les responsabiliser et leur offrir les services dont ils ne disposent pas encore. Il considère l'éducation des jeunes en particulier comme un point important pour renforcer la communauté villageoise et offrir aux enfants et aux jeunes la possibilité d'une vie autodéterminée.

Il est actuellement en contact avec l'école locale pour proposer des cours d'informatique aux enfants :

Internet est l'avenir. Il nous permet de nous connecter avec des personnes très différentes tout autour du globe. Il est important de voir comment les autres personnes vivent et travaillent. C'est pourquoi les gens d'ici doivent apprendre à se servir d'un ordinateur, à utiliser l'internet. Je suis convaincu que cela peut avoir un grand impact à Djoliba.
PatrickReimers_MG_1828

Les services de Koloba au cybercafé sont très demandés à Djoliba

Actuellement, Koloba est soutenu par son apprenti et son jeune frère au cybercafé. Son frère vendait des vêtements sur le marché, mais Koloba l'a persuadé de rejoindre son entreprise et de le former.

La demande de services de Koloba à Djoliba est élevée. Les gens viennent au cybercafé pour imprimer, copier ou scanner des documents et des photos. Ce que Koloba propose en plus, c'est le transfert de musique vers différents appareils. Cela signifie que les gens peuvent venir avec leur ordinateur portable et transférer facilement leur musique sur leur téléphone portable ou leur Ipod. Avec cela, Koloba a touché une corde sensible chez la jeune génération, qui vient régulièrement le voir pour ce service.

Koloba dit à propos de son impact dans le village :

C'est pour cela que je vis. Si je peux apporter ma contribution et rendre une communauté heureuse, alors je suis heureux. J'ai moi-même trois enfants et je veux qu'ils puissent bénéficier des mêmes opportunités que les enfants de la ville par exemple. Il y a encore beaucoup à faire à Djoliba, mais mon cybercafé est déjà un début.

03_Koloba_Keita

L'électricité durable d'Africa GreenTec et les microcrédits, une chance pour une plus grande autodétermination économique

Koloba utilise l'électricité d'Africa GreenTec depuis deux ans maintenant et en est satisfait. Avant, ses ordinateurs tombaient parfois en panne à cause des coupures de courant constantes et les clients ne pouvaient jamais être sûrs de pouvoir imprimer quelque chose ou non. Aujourd'hui, l'alimentation électrique de Koloba est fiable.

À l'avenir, Koloba souhaiterait disposer de plus de facilités de crédit. Son imprimante est actuellement en panne et il ne peut trouver ni pièces de rechange ni une nouvelle imprimante de qualité égale. Il devra se rendre dans la capitale et s'y renseigner. L'effort financier pourrait au moins être compensé par des microcrédits, par exemple. Le système de microcrédit pour les entrepreneurs dans les zones rurales, popularisé par Muhammad Yunus, serait une solution judicieuse pour Koloba et la communauté.

Depuis qu'Africa GreenTec alimente mon café en électricité, j'ai acheté beaucoup de nouveaux ordinateurs. Avant, l'électricité était très peu fiable et les fréquentes coupures cassaient les ordinateurs – une catastrophe pour les affaires.

Home #ImpactStory Modibo Traore

#ImpactStory Modibo Traore – Indépendance, autonomie et liberté

Marie
26 juillet 2021

ImpactBlog-Header-Villagestory-2-1024x683
Modibo Traore est apprécié dans tout Djoliba pour son travail

Aujourd'hui, nous nous rendons chez Modibo Traore. Il a 45 ans, est soudeur et vit à Djoliba, Mali. Lorsque nous arrivons à sa propriété, il y a une certaine agitation. Nous traversons la cour et nous nous arrêtons devant son atelier. Il y a beaucoup d'activités aujourd'hui. Des jeunes hommes transportent des pièces de métal. Les instructions sont criées à la hâte et le matériel de soudage est très bruyant.

Un grand homme s'approche de nous. "Salam Aleikum", nous salue-t-il ! "Désolé pour le bruit, mais c'est occupé aujourd'hui, on peut s'asseoir dans le coin ici et faire l'interview." Nous le suivons. Notre première question est de savoir comment il a créé son entreprise.

En conversation avec Modibo Traore

Oh, l'atelier de soudure est une entreprise familiale. Ma famille travaille ici depuis des générations. Mon arrière-grand-père faisait déjà de la soudure ici. Bien sûr, à l'époque, il n'y avait pas d'électricité et il ne réparait que les outils pour la récolte. Mon père a alors eu de l'électricité grâce à un générateur diesel et a pu réparer d'autres choses. Et j'ai pu créer quelque chose de complètement nouveau à Djoliba grâce à votre électricité.
PatrickReimers_MG_1780-1024x683

Les compétences et la fiabilité de Modibo sont convaincantes à Djoliba

Depuis que Modibo a 7 ans, il regarde par-dessus l'épaule de son père et apprend tout de lui. A 15 ans, il travaille alors de manière permanente dans l'entreprise familiale. Il a également travaillé en Libye pendant plusieurs années et y a appris de nouvelles techniques, qu'il a intégrées ici après son retour à Djoliba.

Maintenant, Modibo a beaucoup de responsabilités. Il est le principal soutien de sa famille élargie. Les revenus de la ferme lui ont même permis de construire une maison pour la famille il y a quelques années, et ses frères et sœurs apprécient son soutien. La famille représente tout pour Modibo.

Dans tout le village, Modibo est apprécié pour son bon travail, son ambition et sa fiabilité. Tout le monde le traite avec respect. Nous l'avons également remarqué lors de notre visite.

Il est membre du conseil d'administration de l'association des artisans de Djoliba et est sollicité pour des conseils en cas de difficultés.

C'est agréable que les gens d'ici apprécient mon travail. J'aime mon travail et je sais que je suis bon dans ce que je fais. Pour moi, le soudage n'est pas un travail, c'est ma passion, ma vie. Je le fais avant tout pour aider les gens d'ici, pas pour gagner le plus d'argent possible.
Modibo Traore

Africa GreenTec, un fournisseur d'électricité fiable

Modibo a été l'un des premiers à recevoir de l'énergie solaire d'Africa GreenTec. Comme son générateur diesel tombait fréquemment en panne et que l’essence est une solution extrêmement onéreuse à Djoliba, il a fait de gros efforts pour obtenir une électricité plus durable et moins chère.

L'énergie solaire d'Africa GreenTec lui a permis de réduire la consommation du générateur diesel et des machines qui fonctionnent au diesel. Cependant, il l'utilise encore parfois car ses machines consomment beaucoup d'énergie et la puissance de l'électricité solaire n'est parfois pas suffisante.

Depuis qu'il dispose d'une électricité fiable, de nouveaux clients sont venus. Non seulement de Djoliba, mais aussi des villages voisins. Ses revenus ont quadruplé au cours des dernières années.

PatrickReimers_MG_1707
L'électricité fournie par Africa GreenTec a facilité les choses
C'est incroyable ce qui a changé ici. Quand je pense à la façon dont mon grand-père travaillait et à la façon dont je travaille aujourd'hui... il y a des mondes à part.
PatrickReimers_MG_1752-1024x683

Les défis pour l'avenir de l'entreprise familiale durable

Mais il y a aussi des défis pour le business. Modibo manque encore de moyens financiers pour pouvoir acheter des machines plus modernes pour son entreprise. Il souhaite également se former dans le domaine de la production d'électricité.

Grâce à Africa GreenTec, je peux enfin travailler sans interruption. Mon générateur diesel était constamment en panne, trop cher et les petits travaux n'étaient pas rentables. Maintenant, j'ai beaucoup plus de commandes qu'avant et mes clients n'ont plus besoin de faire tout le chemin jusqu'à Bamako pour obtenir des produits sur mesure. Ainsi, le travail et l'argent restent au village ! Depuis cet essor, j'ai embauché quelques jeunes et j'ai maintenant plus de 20 employés au total. Pour moi, mon entreprise est synonyme d'indépendance, d'autonomie et de liberté.

Home #ImpactStory Diessira Diallo

#ImpactStory Diessira Diallo – L'utilisation productive de l'électricité, facteur clé du bon fonctionnement d'une entreprise

Marie
12 juillet 2021

PatrickReimers_MG_1950

Alors que nous nous rapprochons de Diessira Diallo, il commence à pleuvoir légèrement. C'est la fin de la saison des pluies à Djoliba, Mali, mais de temps en temps, il arrive que quelques gouttes tombent encore. Diessira nous attend devant son kiosque, qu'elle a ouvert en 2018 sur la route principale de Djoliba. 

Avant que Diessira n'ouvre son magasin actuel, elle avait un plus petit kiosque à Djoliba, non loin de l'actuel. Comme le nombre de ses clients a rapidement augmenté et qu'elle a remarqué que la demande pour ses produits était en forte croissance, elle a décidé en 2018 d'ouvrir un kiosque plus grand sur la propriété de sa famille. Avec succès! Son magasin marche bien, les clients sont heureux et Diessira a pu augmenter considérablement ses revenus.

PatrickReimers_MG_1990-1536x1024

L'utilisation productive de l'électricité, la clé du succès

L'électricité d'Africa GreenTec joue également un rôle important. Actuellement, de nombreuses personnes à Djoliba utilisent de petits panneaux photovoltaïques avec des batteries pour alimenter leurs appareils - c'est le cas de Diessira. Mais les performances des batteries sont souvent faibles et, de plus, elles ne durent pas très longtemps. Diessira n'utilisait ses batteries que pour alimenter une ampoule le soir, ce qui lui permettait de travailler plus longtemps dans son magasin.

Depuis décembre 2018, Diessira s'approvisionne en électricité solaire auprès d'Africa GreenTec. Cela a changé beaucoup de choses. Comme elle peut désormais utiliser l'électricité de manière productive et proposer par exemple des boissons froides (le jus de tamarin et de goyave sont les meilleures ventes), ses revenus ont plus que doublé.

Pendant la saison des pluies et des récoltes, j'ai peu de clients pendant la journée. Avec l'électricité et la lumière, je peux ouvrir mon magasin le soir. J'ai aussi acheté un réfrigérateur. Maintenant, non seulement je jette moins de nourriture, mais j'attire aussi de nouveaux clients. Ils viennent acheter des produits réfrigérés et restent ensuite – mon magasin est devenu un point de rencontre pour le village et mon revenu s'est multiplié ! Je nourris donc plus de 60 personnes dans ma famille. À l'avenir, je veux ouvrir plus de magasins et aider les gens en leur évitant de devoir se rendre à Bamako pour faire leurs achats.

PatrickReimers_DSF5433-1536x1024

Des fruits frais sont également disponibles chez Diessira

IMG_0622-1-1536x1152

Il existe un large éventail de produits de consommation courante

PatrickReimers_MG_1967-1536x1024

Women empowerment – Parlons affaires !

Récemment, des femmes de Djoliba, dont Diessira, ont créé une association qui aide les femmes à créer leur entreprise. Les femmes partagent des idées, des financements et des stratégies commerciales pour se soutenir mutuellement.

Sa famille est également très impliquée dans le magasin de Diessira. Ses enfants aident au magasin après l'école. Elle leur apprend à faire de la comptabilité, par exemple. Ils prennent pour modèle l'ambition de leur mère. Diessira veut ouvrir d'autres magasins à Djoliba. Pour l'instant, ses économies ne sont pas suffisantes pour ouvrir un autre magasin, mais cela figure en tête de sa liste de priorités, juste à côté de deux réfrigérateurs supplémentaires pour son magasin actuel. Grâce à son emplacement pratique sur la route principale, son kiosque est très fréquenté.

Home #ImpactStory Mamadou Sangari

#ImpactStory Mamadou Sangari – Un tailleur passionné

Marie
06 octobre 2020

IMG_0430

Sirakoro – 2014

Comme chaque matin, Mamadou Sangar se lève, s'habille et se rend chez son maître tailleur. Il est apprenti chez un tailleur à Sirakoro, au Mali. Arrivé sur place, Mamadou met de l'eau chaude à chauffer, la verse sur les herbes séchées et sert à son formateur le thé fraîchement infusé. Il s'assoit à côté de lui sur le banc en bois et l'observe en train de coudre. Les mains de son formateur sont routinières et se déplacent rapidement. Mamadou doit se concentrer pour ne rien rater.

Sirakoro – 2019

Cinq ans plus tard, Mamadou Sangari est lui-même devenu tailleur qualifié et a suivi les traces de son formateur. Aujourd'hui, ses apprentis lui préparent le thé du matin et absorbent tout ce qu'il leur enseigne. Ils rappellent à Mamadou qu'il est lui-même et il est heureux de pouvoir leur enseigner sa passion.

En conversation avec Mamadou Sangari

IMG_0429

L'électricité d'Africa GreenTec comme alternative aux générateurs diesel

Mamadou dispose actuellement de 5 machines à coudre, qu'il fait toujours fonctionner avec des générateurs diesel. A cette époque, son maître n'avait pas d'autre alternative. Mais il veut le faire différemment :

L'électricité diesel est chère ici, trop bruyante et tombe souvent en panne. Je cherche donc une autre alternative pour mon entreprise. Je suis déjà un client privé d'Africa GreenTec et j'aimerais maintenant utiliser l'électricité à des fins commerciales. Je vois les avantages et je suis conscient qu'une source fiable d'électricité est nécessaire pour pouvoir prendre plus de commandes.

Mamadou Sangari
IMG_0423
IMG_0428

Pour Mamadou, il est plus pratique de travailler le soir car il fait alors plus frais. Avec l'électricité disponible le soir, il peut facilement travailler jusqu'à minuit si une commande urgente est passée.

Pendant la saison des pluies, les clients ont tendance à être moins nombreux à venir à Mamadou. Il travaille donc également dans les champs pendant cette période pour soutenir sa famille. Il est nouvellement fiancé et aimerait offrir quelque chose à sa future épouse. Il lui a donc construit une maison avec les revenus de l'entreprise.

IMG_0425

L'indépendance comme accomplissement

Pour Mamadou, il a toujours été clair qu'il veut être indépendant. Il a vu, avec sa famille et ses amis, à quelle vitesse on peut être licencié et ne pas savoir quoi faire ensuite. Il est maintenant son propre patron et gagne de l'argent avec quelque chose qu'il apprécie. 

Pour l'avenir, Mamadou souhaite qu'il puisse continuer à se développer et à inspirer davantage de personnes pour l'art de la couture.

Si vous pouvez faire quelque chose de vraiment bien, c'est une grande chose. Je suis très heureux quand je peux apprendre aux jeunes à faire du sur mesure et qu'ils le font avec la même passion que moi. Nous habillons tous les Sirakoro. Nous nous assurons que les gens ici sont habillés de façon élégante et qu'ils ont confiance en eux grâce à leurs vêtements. Je suis fier de cela, alors je continue.

Home #ImpactStory Djan Bagayogo

#ImpactStory Djan Bagayogo – Le polyvalent se bat de toutes ses forces pour le potentiel de son village

Marie
28 août 2020

IMG_0482

Djan est une personnalité impressionnante. Son énergie et sa positivité prennent complètement le dessus et nous sommes rapidement motivés par son enthousiasme.

En conversation avec Djan Bagayogo

IMG_0475

Coiffeur aux multiples facettes

Djan est coiffeur à Sirakoro, Mali. Au cours de l'entretien, il se révèle être un homme aux multiples talents avec de nombreuses activités annexes, mais le salon de coiffure a été son premier business et son projet de cœur. Déjà à l'adolescence, Djan a expérimenté différentes coiffures et tresses. Parfois, un bon ami avait besoin de tresses pour une fête, parfois son petit cousin voulait des tresses pour la rentrée scolaire. Il a rapidement remarqué que la demande de coiffures de tous les styles était là et a décidé, comme il n'y avait pas un seul coiffeur à Sirakoro, de simplement en devenir un lui-même. La rumeur s'est rapidement répandue dans le village qu'il était vraiment bon dans ce qu'il faisait, et qu'il pouvait difficilement se passer des clients. C'est ainsi que son salon de coiffure est né en 2013.

Je ne vois pas pourquoi je dois aller à Bamako pour avoir l'air bien. Ici aussi, les gens veulent s’apprêter pour des occasions spéciales comme les mariages ou les fêtes locales. Avec mon salon, j'ai incité les jeunes en particulier à donner davantage à leur village et à avoir confiance en leur potentiel. Cela me rend fier.
Djan Bagayogo
IMG_0471

Djan répare aussi les chaussures dans son magasin

IMG_0473

Djan a confiance dans le potentiel de la prochaine génération

Djan a jusqu'à 15 clients par jour et peut difficilement suivre. Il a donc maintenant 5 employés qui le soutiennent dans son travail quotidien. "Que doivent pouvoir faire les gens lorsqu'ils s'adressent à vous ?" nous demandons.

Mes employés doivent être capables de tout faire. Tout comme moi. Outre le salon de coiffure, je répare également les chaussures et je fais diverses installations domestiques. Je suis également actif en tant que peintre. J'inscris des signes et des maisons pour les gens. Le besoin de toutes ces choses est grand et si personne d'autre ne le fait, je le fais. Je veux aider là où je peux. J'attends la même chose de mes employés. Et la plupart d'entre eux ont un potentiel énorme. Ce sont des diamants bruts que je peux sculpter.

En fait, Djan est un polyvalent et a même suivi une formation de tatoueur à Bamako pour pouvoir décorer la peau des villageois avec ses dessins. Par ses activités, il veut empêcher les habitants du village d'acheter des services dans un autre village ou dans la capitale. Il veut créer de nouvelles opportunités dans son village et utiliser le potentiel du village pour le faire. Et ça marche. Nombreux sont ceux qui prennent le train en marche et créent des entreprises qui profitent à leur village. Il y a même maintenant 4 coiffeurs à Sirakoro ; Djan a été le premier.

IMG_0467

L'électricité, un moyen d'accroître les activités du village

Pour tous, l'électricité est la condition préalable pour faire la différence dans le village. Djan, par exemple, utilise des batteries et de petits panneaux solaires pour alimenter son équipement, mais il cherche depuis longtemps une solution meilleure et fiable. Africa GreenTec lui offre une alternative avec son électricité.

Honnêtement, je ne pense pas tellement à moi. Bien sûr, l'électricité d'Africa GreenTec simplifie aussi mon travail. Mais ma principale préoccupation est de montrer aux jeunes du village une perspective. Je veux les empêcher d'émigrer vers la campagne et empêcher tout le monde de tenter sa chance à Bamako. Nous pouvons aussi construire quelque chose de précieux ici. Ensemble, nous pouvons le faire, car nous en avons le potentiel.

En fait, Djan a de nombreux projets. Il veut toujours ouvrir un cybercafé et un magasin de photocopies à Sirakoro. Il aimerait également avoir une boutique de jeux pour les enfants et les jeunes, où ils pourraient également tester les derniers jeux Playstation. Tout le monde a des rêves et Djan nous montre que nous pouvons les réaliser, quel que soit notre lieu de naissance.

Juste avant notre départ, la femme de Djan passe. Elle a un ventre rond et en est probablement déjà à son huitième mois. Elle est très fière de ce que son mari a fait pour son village ces dernières années et souhaite que leur enfant ait la même joie de vivre, la même énergie et le même esprit de solidarité que son père.

Home #ImpactStory Noumoukossa Bagayoko

#ImpactStory Noumoukossa Bagayoko – Perspective par l'électricité

Marie
05 août 2020

PatrickReimers_MG_2376-1536x1024

En conversation avec Noumoukossa Bagayoko

PatrickReimers_DSF5982-1536x1024

Les Bagayokos sont forgerons depuis des générations

Noumoukossa Bagayoko est forgeron à Dalakana, Mali. Son fils Soumaila (26) est assis à côté de lui pendant l'entretien. Contrairement à son père, il est allé à l'école et soutient son père dans les affaires. "Comment avez-vous eu l'idée de devenir forgeron?" est notre première question :

Oh, mon père était forgeron, le père de mon père était forgeron et je suis devenu forgeron. Tout ce que je sais, mon père me l'a appris. Ce savoir est transmis de génération en génération. Ici, c'est comme ça : il y a différentes familles qui exercent certains métiers comme soudeur, forgeron, potier, chanteur etc, depuis des siècles : C'est quelque chose qui vous est transmis dans votre berceau et vous êtes respecté pour cela.

Noumoukossa Bagayoko

L'électricité d'Africa GreenTec devrait faciliter le travail de Noumoukossa à l'avenir

Chaque génération a une façon différente de travailler et utilise des outils différents. Noumoukossa travaille avec les mêmes outils depuis près de 40 ans. Il lui est financièrement impossible d'acheter des machines à forger plus récentes pour le moment.

Le coût des matériaux est également en hausse. Le métal était autrefois assez bon marché. Son père payait 20 centimes par kilo, alors que Noumoukossa paie maintenant 1,50 euros pour un kilo. Avec les frais de transport supplémentaires pour le métal, l'entreprise n'est parfois pas rentable pour lui et il fait des pertes.

J'attends avec impatience le courant d'Africa GreenTec. Je pourrai ainsi forger avec moins d'efforts, traiter plus de commandes et gagner plus. Je vais certainement prendre l'électricité ; même si je ne sais pas encore quand je pourrai me payer les appareils électriques.

PatrickReimers_MG_2361-1024x1536
IMG_0685-1152x1536

Projets d'avenir

C'est pourquoi il est d'autant plus important pour Noumoukossa et son fils d'obtenir de l'électricité. Ils aimeraient faire progresser leur entreprise, qui existe depuis des générations. La développer davantage. Ils se rendent compte qu'il y a une concurrence qui peut déjà avoir de l'électricité. Sans électricité, ils ne peuvent pas suivre. Leur vision est de se développer dans les 5 à 10 prochaines années. Ils veulent acheter plusieurs appareils électriques et en produire d'autres. Africa GreenTec leur offre maintenant la possibilité de le faire.

Je ne veux pas m'arrêter. Je ne suis pas aveugle. Je vois ce que des amis à Djoliba peuvent faire avec l'électricité. Je veux le faire aussi. Je suis bon dans ce que je fais. Si j'avais la possibilité d'utiliser l'électricité, je pourrais faire beaucoup plus et soutenir mon peuple. Parfois, je ne peux pas accepter de travail parce que je manque d'électricité. Je veux que cela change.

En fait, certains des villageois se rendent dans les villages voisins pour faire fabriquer certaines choses. Dans le futur, les Bagayokos souhaitent pouvoir répondre à la demande dans le village et fournir ce service de façon permanente.

En outre, il ne veut pas que lui et ses 5 employés (qui travaillent au besoin) tombent malades. Actuellement, il fait fonctionner beaucoup de ses machines avec du charbon. Noumoukossa est conscient que la fumée et les émanations produites sont nocives pour la santé. En outre, les voisins se plaignent parfois, car la fumée leur parvient par les fenêtres du petit atelier.

Noumoukossa est heureux de sa vie. Il est venu à Dalakana il y a 20 ans et a construit sa vie de manière indépendante. Il s'est battu pour s'en sortir et s'est constitué sa propre clientèle. Il peut nourrir sa grande famille, même si c'est parfois difficile.

L'électricité crée des perspectives

Comme beaucoup d'autres personnes, il veut plus de perspectives pour sa vie. Il a une idée claire de ce qu'il veut pour son avenir : l'électricité, afin de pouvoir utiliser son savoir-faire et son potentiel de la meilleure façon possible et d'être plus productif, mais les conditions préalables à sa vision n'existaient pas auparavant. Africa GreenTec veut aider des gens comme Noumoukossa à vivre leurs visions et leur permettre ainsi d'atteindre plus d'autodétermination et de croissance.

Depuis décembre 2018, un de nos Solartainer alimente le village de Dalakana en électricité durable. L'interview a été enregistrée peu de temps avant.